La Douette (DOETH), je te plumerai… ?

La Douette (DOETH), je te plumerai… ?

Publié le 22.02.17

D’ici le 28 février, tous les organismes de plus de 20 salariés doivent remplir leur Déclaration d’Obligation d’Embauche de Travailleur Handicapé.

Et s’ils n’ont pas honoré leur 6 % d’embauches, les organismes doivent régler leur contribution. Si ce n’est pas par emploi direct, ils peuvent sous-traiter jusqu’à 3 % de cette obligation au secteur adapté ou depuis l’année dernière à des Travailleurs Indépendants Handicapés. Chaque année, à l’approche de cette échéance que beaucoup d’entreprises n’ont pas anticipée, ces dernières achètent à la dernière minute des prestations plus chères - comme des fournitures de bureau -, sous prétexte que c'est sous-traité à des Esat, pour recevoir ainsi en retour leur attestation d’unités bénéficiaires, réduisant donc leur contribution.

Je ne jette la pierre à personne, d’autant moins qu’aucun candidat à la prochaine présidence de la République n’a un programme d’envergure sur le handicap ! Il serait peut-être temps de considérer le handicap comme un élément de la vie économique et même concurrentielle. Avec ses 1 600 ESAT, 600 EA et 90 000 TIH (Travailleurs Indépendants Handicapés) notre pays possède une formidable force de travail et pas uniquement économique mais aussi un modèle social duplicable à tous.

Et si nous considérions la DOETH comme l’Impôt sur le Revenu ?

Quand vous n’anticipez pas votre impôt en choisissant les associations à qui donner, ou n’investissez pas dans différents projets, vous payez « plein tarif » votre impôt.

Considérons-nous le handicap comme un moteur social ou comme une charge ?

Jean-Baptiste Hibon, ombresetlumiere.fr - 21 février 2017

Jean-Baptiste Hibon, IMC et père de famille a fondé le Réseau humain, le premier réseau socio-professionnel du handicap.